Projet sur les Titres Professionnels (Archives)

Le 14 avril 2010: Évaluateur accrédité (ÉA)

Plus de 700 membres de la SCÉ se sont levés pour ovationner le programme de désignation professionnelle proposé au Congrès de la SCÉ à Ottawa en 2009. Oui, la SCÉ le peut, avez-vous confirmé, et nous l'avons fait! Les responsables du programme de désignation professionnelle ont travaillé très fort pour pouvoir commencer à recevoir vos demandes d'accréditation. Voici quelques renseignements sur le titre d'évaluateur accrédité.

En ce qui concerne la désignation professionnelle

La Société canadienne d'évaluation (SCE) est une organisation dont la mission première est de professionnaliser l'évaluation.

Le titre d'évaluateur accrédité (ÉA) est sous la responsabilité du programme de désignation professionnelle de la SCE. Il a été conçu en vue de :

  • définir

  • reconnaître,

  • faire la promotion d'un exercice qui répond aux plus hauts standards d'éthique, de qualité et qui reflète la maîtrise de compétences dans le domaine, et ce, à l'échelle du Canada

Le détenteur de ce titre a démontré qu'il possède le niveau de scolarité ainsi que l'expérience professionnelle requis pour être considéré comme un évaluateur compétent.

La désignation professionnelle permet aux membres de la SCÉ de devenir accrédités, sur une base volontaire. Elle reconnaît que ses titulaires ont le niveau de scolarité et l'expérience requis pour offrir leurs services en évaluation. De plus, par ses exigences de maintien et de renouvellement des acquis, elle instaure une culture de formation continue dans le domaine au sein de la communauté des évaluateurs.

Le Programme de désignation professionnelle et le titre d'évaluateur accrédité (ÉA) peuvent aussi guider :

  • Les praticiens de l'évaluation quant à la nature des connaissances et des habiletés requises pour qu'un évaluateur soit considéré comme compétent ainsi que la teneur du perfectionnement qu'ils devraient envisager;

  • Les établissements d'enseignement et les pourvoyeurs de services de formation quant à la teneur de la formation initiale et le perfectionnement requis afin de contribuer au développement de la discipline;

  • Les entreprises de services/ organisations qui embauchent des ressources en évaluation ou qui souhaitent développer ce secteur, quant à la teneur de l'expertise qu'il faut indiquer dans la description du poste ou qu'il faut exiger dans l'offre de services;

  • Les gestionnaires de programme qui travaillent avec des évaluateurs professionnels, quant à la teneur de l'expertise qu'ils sont en droit d'attendre.

Critères d'admissibilité

Le postulant de répondre aux trois critères suivants :

  • 1er critère : Détenir un diplôme ou un certificat d'études universitaires de second cycle. On demande au postulant de fournir une preuve de sa scolarité (une copie de son diplôme).
  • 2e critère : Deux (2) ans) d'expérience professionnelle en évaluation ou l'équivalent temps complet, au cours des dix (10) dernières années. Les déclarations d'expérience professionnelle doivent s'accompagner de lettres de référence.
  • 3e critère : Une scolarité et/ou une expérience professionnelle qui a permis au postulant de développer une maîtrise dans au moins 70 % des compétences énoncées sous CHACUN des cinq volets des Compétences professionnelles requises à l'exercice de l'évaluation au Canada. Le postulant doit établir la relation entre, d'une part, sa scolarité et son expérience professionnelle, et d'autre part, les compétences identifiées dans les cinq volets.

Cette mise en relation devrait être justifiée au moyen d'un court texte, et ce, pour chacune des compétences (maximum de 150 mots).

Il n'est pas nécessaire d'avoir fait des études dans le domaine ET d'avoir de l'expérience professionnelle pour justifier une compétence. En effet, le postulant peut présenter sa preuve en invoquant l'un ou l'autre ou la combinaison qui s'avère pertinente. Le terme « études » inclut aussi les activités de perfectionnement professionnel.

Lorsqu'un postulant n'a pas fait des études universitaires de second cycle, il peut demander une reconnaissance des acquis (RDA) [1]. N.B. : Il est à noter que le conseil national de la SCE a décidé de provisoirement inclure la clause grand-père dans la désignation professionnelle d'évaluateur accrédité, et ce, pour la première année de l'entrée en vigueur du programme de désignation professionnelle. Le postulant doit cependant être en mesure de prouver qu'il était un membre en règle de la SCÉ, selon la liste officielle des membres au 1e juin 2009. Veuillez invoquer cette clause provisoire lorsque vous remplissez votre demande.

Le quatrième critère d'admissibilité réfère au maintien du titre d' ÉA. Les évaluateur accrédité devront fournir la preuve qu'ils maintiennent leurs compétences à jour au moyen d'une formation continue – à raison de 40 heures d'activités sur une période de trois ans.

Déroulement du processus

  • La SCÉ gère sur le titre d'évaluateur accrédité (ÉA) dans le cadre de son Programme de désignation professionnelle, sous la responsabilité de la vice-présidente au Programme de désignation professionnelle.
  • Les demandes d'accréditation sont soumises en ligne sur un site Web sécurisé de la SCÉ. Elles peuvent être soumises en anglais ou en français.
    • Une fois la demande initiée, les postulants bénéficient d'un délai pouvant aller jusqu'à 36 mois pour compléter leur demande. Nous les encourageons cependant à la compléter le plus rapidement possible.
  • Une fois que la demande a été envoyée, le dossier est transmis au jury d'accréditation de la SCÉ pour examen et décision.
    • Les décisions sont prises sur la base des critères annoncés. Dans l'éventualité où le formulaire est incomplet ou la scolarité et l'expériences professionnelles s'avèrent insuffisantes, le postulants sera avisé du report de sa demande . Il recevra aussi des conseils sur la façon de se conformer aux critères.
  • La SCÉ tiendra un registre des ÉA auquel le public aura accès.
  • Le titre est renouvelable tous les trois ans. Pour l'obtenir, le postulant doit démontrer qu'il a accumulé au moins 40 heures d'une quelconque forme de perfectionnement professionnel durant cette période.
    • Chaque ÉA aura un « compte » dans le système d'accréditation de la SCÉ, où il ou elle pourra déposer en tout temps l'information concernant les cours et les activités de perfectionnement qu'il aura suivis. À la fin des trois ans, l'administrateur des demandes pourra vérifier le compte et communiquer avec l'ÉA dans l'éventualité où il aurait moins de 40 heures d'activités à son compte. Une fois la situation corrigée, l'accréditation pourra être renouvelée au même moment que l'adhésion annuelle à la SCÉ.

Prochaines étapes

L'échafaudage est presque tout enlevé. Les systèmes, les textes, les documents de référence, les mandats et cadres de référence et les processus ont été rédigés, revus, corrigés, approuvés, mis en forme, codés, testés. Nous en sommes aux toutes dernières étapes.

Le site des demandes d'accréditation sera lancé en mai 2010 au Congrès national de la SCÉ à Victoria (C.-B.). L'un des ateliers du congrès portera sur la marche à suivre pour obtenir le titre d'ÉA. Il y aura aussi des ateliers pour tous les représentants de sections, pour qu'ils puissent aider les membres de leur section respective pendant le processus de demande.

Nous y sommes presque!

Keiko Kuji-Shikatani, Ed.D.
Vice-présidente, programme de désignation professionnelle
Société canadienne d'évaluation

[1] Un postulant qui n’a pas de diplôme ou de certificat d’études universitaire de second cycle peut invoquer qu’il possède l’équivalent de cette formation en raison de sa vaste expérience professionnelle et de ses activités de perfectionnement. Une demande de reconnaissance des acquis (RDA) doit être accompagnée d’un CV à jour; de deux échantillons de travaux; et d’un texte décrivant son expérience professionnelle et ses études. Veuillez vous référer au Guide du postulant pour plus de détails ainsi que sur les frais requis.

Le 9 septembre 2009 : Mise à jour sur le Programme de titres professionnels

La présente note fournit une mise à jour concernant un projet sur lequel la SCÉ s'est beaucoup penchée : il s'agit de notre Projet sur les titres professionnels. Nous avons franchi une étape significative : Le Conseil national de la SCÉ a officiellement adopté ce nouveau service, et nous entamons présentement l'étape de sa mise en oeuvre. Permettez-moi de préciser ce que cela représente pour vous. (Pour en savoir davantage sur la chronologie de ce projet.)

Que s'est-il produit durant le Congrès annuel 2009 de la SCÉ à Ottawa?

Comme le veut la tradition, le Conseil national de la SCÉ a tenu vers la fin du mois de mai, à Ottawa, une réunion en personne, de deux jours, avant le congrès de la SCÉ. Au cours de cette réunion, le Conseil National a approuvé à l'unanimité le modèle des titres professionnels que la SCÉ compte offrir sur une base volontaire à tous ses membres. Les membres de la SCÉ qui ont participé au congrès ont eu l'occasion d'entendre l'allocution de la Présidente du Comité principal sur les titres professionnels, Heather Buchanan, sur cette initiative. La présente note sert de suivi à cette allocution, afin de mettre à jour l'ensemble des membres de la SCÉ. (Consultez l'allocution de Heather.)

Que représentent les titres professionnels proposés par la SCÉ?

En un mot, cela signifie que la SCÉ vous permettra de soumettre une demande pour l'obtention d'un titre professionnel d'évaluateur accrédité (ÉA). Ce titre signifiera que son détenteur « a fourni la preuve qu'il possède l'expérience et la formation nécessaire pour être un évaluateur compétent ». En fonction de cette logique, les conditions de l'accréditation se basent sur le niveau d'éducation du détenteur (diplôme d'études supérieures ou l‘équivalent), de l'expérience en matière d'évaluation (minimum de deux ans) et de l'alignement de ceux-ci (éducation et expérience) avec une série de compétences spécifiques. Tout aussi important est le fait que ce titre atteste de l'engagement de son détenteur à continuellement renouveler ses compétences dans le domaine (40 heures de perfectionnement professionnel tous les trois ans). (Pour en savoir davantage sur la Politique d'accréditation, la Proposition détaillée et la Série de compétences.)

« Qu'est-ce que cela signifie pour moi? »

Voilà bien une question que vous vous posez probablement. Bien honnêtement, il y a plusieurs manières de la considérer.

Notre but à travers ce titre est de clarifier ce qui pourrait être caractérisé comme un « champ ouvert » de travail. Le terme « évaluateur de programme » n'est pas juridiquement protégé de quelque façon que ce soit, ce qui veut dire que quiconque peut prétendre être un évaluateur de programme. En possédant l'accréditation de la SCÉ, vous confirmerez que votre éducation et votre expérience reflètent adéquatement ce qui est requis pour être un évaluateur compétent et (permettez que je le souligne de nouveau) de surcroît, l'accréditation confirmera que vous renouvelez constamment vos compétences par le biais du perfectionnement professionnel. En termes simples, cela confirme que vous êtes un membre actif de la communauté des évaluateurs de programmes.

De façon pratique, le titre devrait également faciliter l'emploi ou l'obtention de marchés contractuels. Les employeurs éventuels dans le secteur de l'évaluation de programme (gouvernement, organismes sans but lucratif ou privé) tireront profit de l'accréditation dans leur sélection des candidats et en revanche, les candidats postulants pourront mieux illustrer leur engagement envers l'évaluation de programme, particulièrement en ce qui a trait à leur perfectionnement professionnel. Les utilisateurs de l'évaluation de programme pourront également utiliser leur accréditation comme atout lors du processus d'appel d'offres.

Qu'est-ce que cela signifie pour la SCÉ?

Cela signifie beaucoup. Administrativement parlant, nous avons modifié notre structure pour permettre la nomination pour une période d'un an, d'une Vice-présidente chargée des titres professionnels. Je souhaiterais transmettre mes sincères félicitations à Keiko Kuji-Shikatani qui a été nommée à ce poste par le Conseil national. Dans sa nouvelle capacité, Keiko veillera à la mise en oeuvre du projet et rendra compte au Conseil national.

Nous sommes également conscients de la nécessité de fournir des opportunités de perfectionnements professionnels. En plus de notre congrès annuel, nous continuons à soutenir activement les universités à travers le projet d'éducation en matière d'évaluation, à explorer des formes de livraison alternatives de cours et d'ateliers et à organiser le concours pour les étudiants.

Tout en progressant avec ce projet, le Conseil national réalise pleinement l'obligation qui lui incombe de protéger l'intégrité des titres professionnels. Nous continuerons à en faire la promotion et à fournir des mises à jour aux membres.

Quelles sont les prochaines étapes?

Pour la SCÉ-Nationale, l'une des prochaines étapes après la rencontre du mois de mai — que nous avons complété au cours de l'été — était de recruter un coordonnateur de projet. À cet effet, je souhaiterais accueillir Dawn Campbell-Borland au sein de notre équipe de titres professionnels! Le dynamisme et les connaissances de Dawn en matière d'évaluation de programme seront des atouts majeurs au sein de la SCÉ.

Pour vous, la prochaine étape est probablement de rester branché sur cette importante initiative et d'envisager de faire une demande de titre. Notre objectif est d'inviter les membres de la SCÉ à faire demande pour un titre au début de l'année 2010. (Consulter le Plan de mise en oeuvre et le Plan de suivi-évaluation.)

Célébrer l'innovation

Il faut du cran pour se lancer dans un nouveau parcours, sans en connaître toutes les ramifications, mais demeurant confiant de la vision sur laquelle il repose. En ce qui a trait aux titres professionnels dans la pratique de l'évaluation de programme, la communauté des évaluateurs du Canada aura manifestement ouvert la voie. La SCÉ sera la première organisation au monde à offrir un titre professionnel d'évaluateur accrédité (EA)! Pas mal.

À bientôt,

François Dumaine
Président de la SCÉ

Vous avez une question ou un commentaire? N'hésitez pas à communiquer avec votre Section ou votre Membre du Conseil, ou à m'envoyer un courriel à l'adresse ([email protected] ).

Le 18 novembre 2008 

Rapport d'étape du Comité du Projet de la SCÉ sur les désignations professionnelles, août à novembre 2008

Le 14 août 2008 

Avancement du Projet sur les titres professionnels

Le 3 avril 2008

Rapport d'étape du Comité du Projet de la SCÉ sur les désignations professionnelles, février et mars 2008

Le 28 mars 2008 

Une consultation sur les compétences nécessaires à la pratique de l'évaluation au Canada

Le 12 mars 2008 

Comparaison des compétences des évaluateurs (en anglais)

Le 5 février 2008 

Rapport d'étape du Comité du Projet de la SCÉ sur les désignations professionnelles, octobre 2007 à janvier 2008

Le 31 janvier 2008 

Comparaison de codes d'étique en évaluation (en anglais)

Le 13 décembre 2007 

Invitation à participer, projet sur les désignations professionnelles (correction)

Le 6 décembre 2007 

Invitation aux bénévoles pour le projet sur la désignation professionnelle

Le 28 novembre 2007 

Plan de projet sur les désignations professionnelles

Le 2 octobre 2007

Aux membres de la SCÉ

Salutations du conseil national de la SCÉ!

Par la présente, nous tenons à vous transmettre les résultats actualisés du processus de consultation que le conseil national de la SCÉ a entrepris durant la période de 2006-2007, au nom de ses membres.

À la suite d'un processus de consultation étendue auprès des membres et des organisations associées, le conseil national de la Société canadienne d'évaluation a tenu un vote en août 2007, qui lui a permis de confirmer l'hypothèse selon laquelle les membres appuient la création d'un système de désignation professionnelle des évaluateurs au Canada. Lors de leur assemblée d'octobre, les membres du conseil national ont approuvé, après discussions, la version préliminaire de la planification du projet, qui est diffusée sur le site Web national de la SCÉ. Un bref résumé du plan figure d'ailleurs dans la présente. Il importe de vous rappeler qu'il s'agit d'une version préliminaire et que le groupe de travail cité dans le plan se chargera de perfectionner la structure et de l'enrichir.

Le conseil a fondé le plan du projet sur son document élaboré en réaction au rapport produit par le consortium, groupe d'évaluateurs expérimentés ayant répondu à l'appel d'offres diffusé en mai 2006. [La Réponse du conseil national (février 2007) et le Plan d'action pour la Société canadienne d'évaluation en matière de normes professionnelles pour les évaluateurs (janvier 2007) sont diffusés sur le site Web de la SCÉ.] Après l'analyse exhaustive des commentaires recueillis lors de la consultation sur le plan d'action, ainsi que des documents de réponse du conseil, le conseil national de la SCÉ continue d'appuyer le mouvement modéré en faveur de la reconnaissance des titres, manifesté dans sa réponse initiale. Cet appui ne l'empêche nullement de modifier la réponse durant l'élaboration du plan du projet, ni de prendre des mesures supplémentaires durant le processus de désignation professionnelle.

Par ailleurs, le conseil national de la SCÉ tient à vous assurer qu'il tient compte des objections et des préoccupations exprimées par certains membres dans le cadre des consultations tenues en 2007. En fait, nous estimons que la rétroaction constante des membres renforcera l'évolution du plan. Le fait d'obtenir des conseils judicieux sur des problèmes potentiels nous permettra de les résoudre plus aisément.

Résumé du plan du projet

Le plan du projet définit les cinq principes fondamentaux qui favoriseront sa mise en œuvre :

  • inclusivité;
  • partenariat;
  • utilité;
  • faisabilité;
  • transparence. (Plan du projet, p. 2)

Pour assurer l'exécution du projet, le conseil national a établi le comité principal de désignation professionnelle (CPDP), constitué de trois de ses membres : Heather Buchanan (représentante, section de la Capitale nationale, SCÉ), Brigitte Maicher (représentante, section du Nouveau-Brunswick, SCÉ) et Keiko Kuji-Shikatani (représentant, section de l'Ontario, SCÉ). Trois comités permanents du conseil national de la SCÉ soutiennent le CPDP. Ce comité spécial relèvera directement du président.

Il supervisera la création, la définition et la coordination de sous-comités axés sur les quatre éléments principaux du projet :

  • compétences;
  • reconnaissance des titres;
  • infrastructure;
  • partenariats.

Les sous-comités peuvent se composer de membres bénévoles de la SCÉ ou d'intervenants externes, s'il y a lieu. Le modèle logique de cette initiative figure à la page 10 du Plan du projet. Il fournit de plus amples renseignements sur chaque élément.

La responsabilité initiale du CPDP consistera à élaborer un plan de projet englobant un budget, un plan de travail et des propositions d'échéanciers. Selon nos prévisions, il devrait accomplir cette tâche au cours du prochain mois. Au fil du temps, le CPDP désignera les membres des sous-comités et définira leur mandat.

Activités et tâches du projet

Le plan du projet détermine les étapes initiales indiquées ci-dessous. Il fournit de plus amples renseignements sur chacune de ces étapes.

  1. Dresser un tableau de concordance avant d'entamer un processus de conception, de consultation et d'approbation relativement aux compétences, à l'éthique et aux normes fondamentales au Canada. Une version préliminaire initiale des compétences figure à l'annexe D du plan du projet. Elle servira de base à cette activité.
  2. Définir et instaurer l'infrastructure (dont l'estimation des coûts) nécessaire à la prestation des services de désignation professionnelle auprès des membres de la SCÉ.
  3. Définir, promouvoir et établir un système de reconnaissance des praticiens de l'évaluation au Canada, dont un ordre professionnel chargé de la reconnaissance des titres.
  4. Repérer, définir, créer et améliorer des partenariats avec des organisations affiliées à la SCÉ et appuyant son processus de désignation professionnelle.

En conclusion

La Société canadienne d'évaluation traverse une période particulièrement stimulante. Encore une fois, nous nous positionnons à l'avant-garde du domaine de l'évaluation. Le conseil national de la SCÉ est conscient que ses membres et ses sections locales jouent un rôle essentiel dans la réussite de ce projet. Cette collaboration peut ralentir le processus, mais en fin de compte, elle en améliorera les résultats, puisque nous orienterons collectivement les destinées de la profession et de notre Société.

Si vous avez des questions sur le processus décrit dans le plan du projet, veuillez communiquer avec un membre de la direction de la SCÉ ou avec le représentant de votre section auprès du conseil national de la SCÉ.

Cordialement,

Frankie Jordan
Présidente
Société canadienne d'évaluation

Résumés des résultats de la consultation sur les désignations professionnelles

Le résumé des résultats de la consultation sur les désignations professionnelles inclut les documents suivants.

Intégration des contributions à la consultation. Ce document est une intégration systématique des contributions reçues entre mars et mai 2007 en réponse à l'appel de la SCÉ à cet égard : Cousins, J. B., Malik, S., et Maicher, B. (2007, juin). Integration of consultative input: Professional designations for evaluators. Ottawa, Société canadienne d'évaluation.

Résumé des discussions publiques. Ce document est le résumé des notes prises au cours de la discussion publique qui a eu lieu dans le cadre du Congrès national de la SCÉ à Winnipeg : Malik, S., Maicher, B., et Porteous, N. (2007, juin). Summary: CES Townhall Session. Ottawa, Société canadienne d'évaluation.

Enregistrements des discussions publiques. Ces fichiers sont les enregistrements audios MP3 des présentations et des discussions entendues dans le cadre de la discussion publique qui a eu lieu au cours du Congrès national de la SCÉ à Winnipeg, le 5 juin 2007 :

Justification et fondement

Face à l'intérêt grandissant des membres de la communauté canadienne d'évaluation au sujet d'un contrôle de qualité de l'évaluation, et en vue d'établir des désignations professionnelles pour les évaluateurs, le Conseil national de la SCÉ a initié une demande de propositions en mai 2006. Cette dernière vise l'élaboration d'un plan d'action pour établir la délivrance de titres et certificats pour les évaluateurs.

Le Conseil souhaitait élaborer des bases concrètes pour une consultation au sujet de la délivrance professionnelle de titres et certificats. Dans un système de délivrance de titres et certificats, des membres se verraient attribuer des crédits en fonction de leur éducation et expérience professionnelle dans le domaine de l'évaluation.

Ce contrat a été attribué à un Consortium d'évaluateurs canadiens notoires et respectés, et dirigé par Gerald Halpern. Ce Consortium s'est entendu avec le Conseil pour élaborer un plan d'action qui inscrirait la délivrance de titres et certificats dans un cadre de compétences professionnelles plus élargi, en y incluant un examen d'agrément.

En début d'année 2007, le Conseil a reçu le rapport final du Consortium. Ce dernier comprenait : (1) un plan d'action portant sur une désignation professionnelle; (2) une analyse documentaire, et (3) un rapport d'accompagnement sur une étude menée par entrevues auprès de 15 organisations professionnelles ayant fait appel à un système de désignations.

En vertu de ce rapport, le conseil a préparé sa réponse et demande une rétroaction consultative de la part des membres de la SCÉ, soit par EDÉ-L, soit par courriel à : [email protected] . Par ailleurs, le Conseil désire une rétroaction consultative de la part des sections régionales de la SCÉ, des organisations partenaires et des employeurs dans le domaine de l'évaluation, tels que les organisations gouvernementales et non-gouvernementales.

Ressources disponibles

La SCÉ a rendu les documents d'accompagnement suivants disponibles en format PDF. Certains d'entre eux comportent des listes détaillées pour les personnes désirant une lecture plus approfondie (par ex. l'analyse documentaire du Consortium, la réponse du Conseil national.)

Demande de propositions initiale. La demande de propositions pour l'élaboration d'un plan d'action sur une délivrance professionnelle de titres et certificats a été effectuée au mois de mai 2006. Le document intitulé « Enquête factuelle concernant la délivrance de titres et de certificats d'évaluateur » a été publiée par le Conseil national. (Il est à remarquer que le contrat que le Consortium a signé comprenait des dispositions pour l'élaboration d'un plan d'action alternatif à celui envisagé dans la demande de propositions. Ce plan alternatif devait incorporer une délivrance professionnelle de titres et de certificats dans un cadre plus élargi de désignations professionnelles, y compris un agrément.)

Plan d'action et documents d'accompagnement du Consortium. Le plan d'action du Consortium sur la désignation professionnelle : « Plan d'action pour la Société canadienne d'évaluation en matière de normes professionnelles pour les évaluateurs » de janvier 2007. Les auteurs principaux de ce document sont Benoît Gauthier, Gerald Halpern et James C. McDavid. Ils ont également eu la participation de 8 membres supplémentaires du Consortium.

Le document d'accompagnement du plan d'action du Consortium : « Analyse documentaire : La professionnalisation des évaluateurs » de novembre 2006. Ce document a été rédigé par Irene Huse et Jim McDavid. Il est disponible en version résumée en français ou dans son intégralité en anglais.

Le document d'accompagnement du plan d'action du Consortium : « Résultats des entrevues : Désignations professionnelles pour les évaluateurs » de février 2007. Ce document a été rédigé par Gerald Halpern et Bud Long, ainsi qu'avec le soutien de 7 autres membres du Consortium et de l'équipe de recherche. Il est disponible en version résumée en français ou dans son intégralité en anglais.

Rapport minoritaire par un des membres du Consortium. Le document intitulé « Rapport minoritaire relatif aux désignations professionnelles pour les évaluateurs » a été rédigé par Bud Long et reçu par le Conseil en janvier 2007. M. Long est un des membres du Consortium qui a élaboré le plan d'action.

Réponse du Conseil national. En février 2007, le Conseil national s'est réuni pour réfléchir aux renseignements fournis et formuler une réponse qui sera prise en considération par les membres et partenaires de la communauté canadienne d'évaluation. Ce document sera finalisé en mars 2007 et portera le titre « Réaction à la proposition du Plan d'action pour la Société canadienne d'évaluation en matière de normes professionnelles pour les évaluateurs ». Le Conseil national de la SCÉ est responsable de la rédaction de ce document.