Edward (Ted) Jackson, E. T. Jackson and Associates Ltd.

Gagnant, Prix pour la contribution à l'évaluation au Canada, 2007

Citation

Durant presque trois décennies, Edward Jackson a apporté d'importantes contributions au domaine de l'évaluation, à l'échelle canadienne et internationale, par l'entremise de la consultation, de la recherche et de l'enseignement supérieur. Il occupe actuellement la fonction de Vice-doyen à la recherche et aux études supérieures, à l'Université Carleton. Il est, en outre, le président de la société de conseils, récipiendaire d'un prix, E. T. Jackson and Associates Ltd. Edward Jackson est membre de la Société canadienne d'évaluation et membre à vie de l'Association internationale d'évaluation du développement.

M. Jackson a occupé la fonction de conseiller principal à l'évaluation durant presque 25 ans, ce qui l'a conduit à diriger des programmes, des projets et des évaluations institutionnelles de grande envergure dans quelque 50 pays différents. À partir de 1997, il a initié la mise en oeuvre du cadre des résultats et des facteurs clés de réussite de l'ACDI pour les évaluations de l'instance internationale. Il a dirigé des examens de programmes majeurs, à l'échelle planétaire (gestion publique, besoin fondamentaux), au Ghana (gestion de l'eau) et en Chine (enseignement supérieur). Plus récemment, il a procédé, pour le compte de l'ACDI, à une évaluation novatrice de la réforme pédagogique faisant suite au conflit dans les Balkans et informé les cadres supérieurs du CRDI et de la Banque mondiale des méthodes et des stratégies d'évaluation participative.

Depuis 1993, Edward Jackson enseigne l'évaluation des programmes et des projets dans les pays en développement à la « Graduate School of Public Policy and Administration » de l'Université Carleton. Cet enseignement lui permet, une fois de plus, de faire la promotion d'une synthèse des méthodes de pédagogie active et de gestion axées sur les résultats et de l'analyse critique du rôle de l'évaluation dans la politique d'aide. Il a dispensé son enseignement à plus de 400 étudiants diplômés, dont un grand nombre est maintenant à l'emploi de l'ACDI, du CRDI, d'ONG et de sociétés de conseils. En 2001, M. Jackson a également cofondé, au sein de l'Université Carleton, l'International Program for Development Evaluation Training (IPDET), de la Banque mondiale, un programme de stage de développement des compétences en gestion qui vise à former, chaque année, 150 participants provenant de 40 pays.

M. Jackson est l'auteur de nombreux écrits dans les domaines de l'évaluation participative de la coopération pour le développement, notamment l'ouvrage publié (avec Yusuf Kassam) intitulé : Knowledge Shared : Participatory Evaluation in Development Cooperation (Kumarian, 1998). Il a écrit bon nombre de livres savants, d'articles et de sections scientifiques sur la recherche et l'évaluation participatives, le développement communautaire et local ainsi que des présentations et des articles professionnels sur les politiques publiques, l'aide publique au développement et les collectivités d'ONG.

Je vous invite à féliciter avec moi Edward Jackson, qui mérite sans conteste ce prix 2007 de la Société canadienne d'évaluation pour la contribution à l'évaluation au Canada.

Discours d'acceptation

Merci beaucoup. Ce prix permet de nous faire quelque peu oublier la peine que nous éprouvons à l'annonce de la défaite des Senators d'Ottawa, la nuit dernière!

Je suis très honoré de ce prix octroyé par mes pairs. Cette salle est remplie de leaders qui œuvrent dans le domaine de l'évaluation et je ressens une grand sentiment d'humilité entouré de toutes ces personnes.

Je désire remercier Helen Patterson et Doug Kane qui ont proposé ma candidature et qui sont tous deux d'illustres praticiens en évaluation; merci également aux autres collègues qui ont soutenu ma candidature.

Je me sens également très privilégié de partager ce moment avec certains de mes étudiants qui apportent une bénéfique contribution à ce congrès. J'espère que vous aurez la chance d'avoir affaire à eux. Leur énergie et leur largeur de vue me sont de précieux atouts.

Mon parcours a débuté il y a plus de 30 ans, lors d'une conversation avec l'agent d'éducation brésilien Paulo Freire, à Toronto. Il prétendait que les citoyens devaient devenir des « acteurs et non pas se contenter d'être des objets de leur propre destinée ». Depuis cette époque, ces mots m'ont toujours guidé. Au fil des années, j'ai eu, en outre, la chance de travailler auprès de collègues et de guides merveilleux, notamment Dal Brodhead, Tim Brodhead, Sulley Gariba, Katherine Graham, Budd Hall et Yusuf Kassam, qui ont mis cette approche en pratique.

La même année, en 1976, alors que j'étais un étudiant diplômé, j'ai soutenu une coalition de lutte contre un énorme projet de coupe à blanc dans le Nord de l'Ontario. Nous sommes parvenus à mettre un terme au projet. Quelques années plus tard, ma gestionnaire de stage pratique, Magda Seydegart, est devenue ma conjointe et ma partenaire pour la vie. C'est la raison pour laquelle j'ai toujours été en faveur des stages pratiques et de l'apprentissage du service! Le leadership de Magda et de notre famille en matière de droits de la personne et d'égalité entre les sexes a, de toujours, été édifiant. Merci, Magda, pour ta collaboration et pour l'inspiration dont tu fais preuve.

Laissez moi vous exposer trois points liés au thème de ce congrès :

  • Il est grand temps de mettre la justice sociale au centre du processus d'évaluation. Nous avons choisi ce secteur d'activités en vue de changer le monde, pour le mieux... envisageons donc la justice sociale avec le sérieux qui s'impose;
  • L'évaluation axée sur les résultats et la justice sociale sont des notions tout à fait compatibles. Les personnes qui n'ont pas accès à des moyens de subsistance et à des soins, qui sont privées de leurs droits et qui ne sont pas en sécurité sont celles pour lesquelles les intervenants font montre de la plus grande détermination d'obtenir des résultats;
  • Nous sommes plus que jamais conscients de la façon de permettre aux citoyens et aux membres des mouvements sociaux de contribuer véritablement aux processus d'évaluation rigoureux et fructueux. Nous disposons de nombreux outils favorisant la participation des personnes dans les quartiers urbains et dans les petites villes pour créer une nouvelle base de connaissances permettant d'améliorer les programmes et les politiques.

Pour finir, nous sommes actuellement confrontés à un véritable changement de génération au sein de la profession de l'évaluation. Les jeunes praticiens doivent se doter des outils d'évaluation axés sur les citoyens en matière de justice sociale. Les universités telles que celle au sein de laquelle j'enseigne, celle du président Axworthy et d'autres avec lesquelles vous êtes associés ont des rôles essentiels à jouer dans ce processus. La Faculté des affaires publiques de l'Université Carleton s'est engagée à apporter une véritable contribution à ce processus de transition mondial et pancanadien.

Je suis très désireux de travailler avec vous et d'apprendre à vos côtés, à l'avenir, en ce qui concerne, entre autres, les tâches dont nous avons fait mention.

Merci infiniment!

Edward T. Jackson
5 juin 2007
Winnipeg, Manitoba