Volume 21, 2006 - Numéro spécial

Le magicien du temps: approche participative axée sur le développement d'un projet et l'utilisation des résultats d'une évaluation

Auteurs :
Pages :
235-255

Dans une région rurale du Québec, un organisme communautaire, de concert avec divers partenaires intersectoriels, a souhaité donner la possibilité aux familles de prendre en main leur destin et d'impulser un changement en faveur de leur qualité de vie et notamment de celle de leurs enfants. L'objectif de l'article est de mettre en évidence les trois principaux aspects novateurs de l'évaluation de ce projet communautaire, soit l'intérêt de l'approche d'évaluation participative axée sur le développement d'un projet (developmental), la pertinence de l'usage d'un cadre partagé d'analyse des besoins, et enfin l'apport pour le développement du projet de la diffusion continue des résultats de l'évaluation. Cette étude de cas permet notamment de mettre en lumière les facteurs favorables à l'utilisation des résultats de l'évaluation.

Editors' Remarks / Mot des rédacteurs

Les dispositifs de la participation aux étapes stratégiques de l'évaluation

Auteurs :
Pages :
257-282

Les processus participatifs en évaluation de programme disposent de plus en plus d'une instrumentation importante afin d'accroître la validité et la pertinence sociale des savoirs produits. Les outils soutenant une représentation partagée du programme et de ses résultats sont de cet ordre. Par contre, les finalités plus stratégiques de la participation que sont la planification de l'évaluation et la re-planification du programme en vertu des résultats d'évaluation sont moins instrumentées. Cet article porte sur de tels dispositifs sociaux et techniques pour soutenir la participation des acteurs des programmes à ces choix stratégiques. En plus de proposer des outils plus usuels de modélisation de programme et de validation des résultats de recherche, l'instrumentation présentée porte sur l'établissement d'une instance participative, le choix des questions d'évaluation, la construction du jugement, et la délibération sur les orientations futures du programme. Cette instrumentation cherche à accroître la contribution sociale de l'évaluation en introduisant une plus grande rationalité dans l'exercice participatif.

Evaluation practice in Canada: results of a national survey

Auteurs :
Pages :
1-42

Cet article présente les résultats d'un sondage national qui décrit les profils professionnels des évaluateurs de programme au Canada, leurs pratiques, leurs points de vue sur leurs conditions de travail, et leur sentiment d'appartenance au champ de l'évaluation. Les données ont été recueillies entre mai et juillet 2005 par le biais d'un sondage Web; 1 005 participants ont complété le questionnaire dont 647 producteurs d'évaluation internes et externes, les autres étant des utilisateurs d'évaluation, des étudiants, et des chercheurs. Les résultats soulèvent plusieurs enjeux. Entre autres, il appert qu'une part importante du travail d'évaluation effectué au Canada est d'abord motivé par des exigences de reddition de comptes, un souci d'amélioration ou de remise en question de programmes venant en second. De plus, la certification volontaire, quoique bénéficiant d'un large appui, pourrait rencontrer des défis importants dans la poursuite d'objectifs de professionalisation. Troisièmement, le sondage documente le besoin en formation professionnelle et l'insatisfaction face à la formation reçue pour rencontrer les exigences des emplois. Finalement, basé sur la configuration actuelle de la population des évaluateurs actifs, sur l'intention d'une majorité des jeunes évaluateurs de quitter la discipline au cours des quelques prochaines années, et sur la formation requise en évaluation, la profession n'est pas actuellement à même d'assurer le renouvellement d'une main-d'oeuvre stable, formée, et engagée. Globalement, ces résultats suggèrent que réflexion et action sont nécessaires au développement futur de la profession.

Synthèse - Empowerment et évaluation: quelques réflexions

Guest Editor's Introduction (Thematic Segment: Growing Evaluation: Are We Missing the Boat?)

Will evaluation prosper in the future?

Auteurs :
Pages :
47-72

L'argument principal de cet article est le fait que l'évaluation et la plupart des évaluateurs de programme n'ont pas suivi le mouvement amorcé il y a plus de 10 ans visant à faire de la mesure du rendement la pierre angulaire de la gestion et de la responsabilisation dans le secteur public. Si les évaluateurs ne font pas face à ces développements de façon stratégique, l'évaluation de programme risque de devenir de moins en moins pertinente pour le secteur public et les organismes à but non lucratif. Les évaluateurs, divisés par des différences épistémologiques et méthodologiques, ont décidé collectivement de choisir de ne pas adopter la professionnalisation comme moyen pour reprendre le terrain perdu aux mains des professions de la vérification et de la consultation en gestion. Il est essentiel que les évaluateurs élaborent et mettent en oeuvre des stratégies visant à créer un milieu favorable à l'exercice de la profession, incluant la conception et la mise en oeuvre de systèmes de mesure du rendement. Les évaluateurs sont bien placés pour le faire, s'ils agissent collectivement.

Evaluation can cross the boundaries: the case of Transport Canada

Auteurs :
Pages :
73-92

Cet article met à l'étude la transformation d'un groupe d'évaluation d'un ministère fédéral. Ce groupe gouvernemental servait auparavant une fonction d'évaluation traditionnelle concentrant sur quelques études en évaluation qui prenaient beaucoup de temps et de ressources par année; actuellement, c'est un groupe axé sur le service à la clientèle qui a ajouté à ses fonctions de base la mesure des résultats. Ce groupe d'évaluation a suivi cette transformation pour augmenter son impact sur les individus, les programmes, et le ministère dans l'ensemble. Au cours de ces changements, le groupe a découvert une nouvelle espèce d'évaluateur : des personnes ouvertes intéressées à l'enseignement, à l'encadrement, et à la facilitation. Ils ont trouvé qu'il y a plus de travail en mesure des résultats à accomplir qu'un seul groupe peut gérer, et ils ont appris comment aller là où l'impact est le plus important. Ils ont dû affronter la perte de bons évaluateurs attirés vers les programmes. Ils ont reconnu les menaces pour l'indépendance de l'évaluation. En fin de compte, ce groupe est devenu un champion de l'évaluateur comme spécialiste en mesure des résultats et est récompensé de meilleures données sur les résultats, d'évaluateurs plus astucieux, d'un milieu de travail plus dynamique et plus stimulant, et d'un impact plus important ainsi que plus visible.

Studies are not enough: the necessary transformation of evaluation

Auteurs :
Pages :
93-120

Les auteurs soutiennent que les développements survenus dans les secteurs public et à but non lucratif au cours de la dernière dizaine d'années ont provoqué de profonds bouleversements pour la profession de l'évaluation auxquels cette dernière ne s'est toujours pas ajustée. Ils soutiennent que l'évaluation doit s'autotransformer si elle souhaite jouer un rôle important dans la gestion des organisations de ces secteurs. Abstraction faite des études évaluatives traditionnelles réalisées, les évaluateurs internes d'organismes publics et à but non lucratif doivent (a) diriger l'élaboration de systèmes de gestion axés sur les résultats; (b) utiliser ces systèmes ainsi que toute information provenant de l'évaluation pour renforcer l'apprentissage organisationnel et la gestion du savoir; et (c) créer des volets analytiques de la connaissance issue de l'évaluation. Négliger de profiter de l'opportunité de relever ces défis se soldera par une marginalisation et un affaiblissement de la fonction d'évaluation dans la gestion des secteurs public et à but non lucratif.

The role of culture and the future of the evaluation function: considerations and key questions

Auteurs :
Pages :
121-131

L'auteur crée des liens entre les trois articles de ce segment thématique et pose une gamme de questions sur l'avenir de la fonction d'évaluation. L'auteur conclut que, pour avoir un rôle plus durable au sein de la fonction publique canadienne, la collectivité d'évaluation doit adopter une nouvelle volonté de changement de culture s'étendant au sein des organisations où les évaluateurs travaillent. La question de progrès soutenu vers la professionnalisation accrue de la fonction d'évaluation est centrale à ce changement culturel.

Introduction du rédacteur invité (Segment thématique : Programmes communautaires et innovations méthodologiques : participation, accompagnement, et empowerment)

L'animation de groupe : une pratique à redécouvrir afin de développer le pouvoir d'agir des individus!

Auteurs :
Pages :
137-162

Se basant sur une recherche-action réalisée avec des cuisines collectives au Québec dans la région des Bois-Francs, cet article propose d'examiner la contribution d'une animation de groupe dans le processus du développement du pouvoir d'agir des individus (empowerment). Les auteurs-es expliquent comment l'équipe de recherche a concrétisé les multiples éléments du cadre conceptuel de l'empowerment communautaire pour parvenir à cette finalité. La place de l'animation sociale, comme pratique communautaire à redécouvrir, est brièvement discutée en conclusion.

Former des intervenants pour intervenir en faveur du renforcement du pouvoir d'agir

Auteurs :
Pages :
163-172

Le développement de l'outil appelé «Palabres sur le pouvoir d'agir—Outil d'accompagnement sur l'empowerment» résulte d'une démarche réalisée dans le cadre du Projet SIDA 3 auprès des travailleuses du sexe en Afrique de l'Ouest. L'outil se présente en deux sections interreliées, mettant l'accent sur la pratique et sur la théorie dans une démarche très dynamique. Il permet aux intervenantes et aux intervenants de première ligne d'intégrer plus facilement cette approche dans leur pratique, de comprendre leur rôle d'accompagnement, et de réviser leurs propres pratiques à la lumière de l'empowerment.

Un outil d'évaluation de l'empowerment: une tentative en Haïti

Auteurs :
Pages :
173-180

Depuis longtemps, on tente de définir les contours de l'empowerment, d'en proposer des définitions, d'en relever les processus, ou d'en suggérer des traductions. Plus récemment, les débats s'orientent sur la complexité de mesurer et d'évaluer l'empowerment. Aussi, l'objet de cette article est de montrer en quoi l'application du cadre d'analyse proposé par Ninacs (2002) a été féconde pour porter un jugement sur l'empowerment, en tant qu'effet, lors de l'évaluation d'un programme de promotion de la santé en Haïti. Cette expérience montre que l'outil développé à partir de ce cadre d'analyse a été apprécié par les participants à l'évaluation et leur à permis de disposer d'une représentation visuelle simple et utile d'un concept complexe et multidimensionnel.

Le développement du pouvoir d'agir (empowerment) appliqué à une expérience d'insertion par l'écque: suggestion d'indicateurs d'évaluation

Auteurs :
Pages :
181-189

Nous avons conduit une expérience d'intervention sociale qui a consisté à tenter d'appliquer l'approche du développement du pouvoir d'agir, mieux connue sous le vocable empowerment, dans un cadre d'insertion par l'écque avec des personnes en retrait socioécque parfois depuis une longue période. Cette expérience a consisté à concevoir, à mettre en place, et à expérimenter, dans les quartiers populaires de la ville de Québec, une nouvelle ressource destinée à supporter les personnes sans emploi porteuses d'un projet d'entreprise collective pour créer leur emploi. L'intérêt de cette expérience, du point de vue de l'évaluation, est d'avoir mis au point une série d'indicateurs pouvant mesurer l'impact d'un tel parcours. Bien que l'expérience n'ait pu être menée à terme, l'objet de cet article est de présenter la démarche de planification de l'évaluation ainsi que la liste des indicateurs retenus à cet effet.

Porter et gérer une action transformatrice: quelques outils de discernement pour quand on est dans ça avec d'autres

Auteurs :
Pages :
191-218

Est-il possible de systématiser et mettre à profit, en gestion partagée, l'expérience d'une personne occupant une fonction de leader dans un collectif de groupes? J'ai préparé la présente reddition d'expérience après avoir exercé pendant près de neuf ans les fonctions de coordonnatrice et porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté. Interrogée sur comment je faisais face à la complexité dans ces fonctions, une réponse m'est venue sous la forme d'un ensemble d'outils de discernement autour d'un thème clé : porter et gérer une action transformatrice. Cet ensemble est présenté ici comme un tableau de bord en dix schémas commentés, plus un espace vide pour le nécessaire degré de liberté. Le tout est précédé et suivi de considérations sur quelques enjeux de l'exercice partagé des pouvoirs pour les personnes et l'organisation.

Collectif pour un Québec sans pauvreté: un processus d'évaluation continue des «fruits» obtenus et des «chemins» parcourus

Auteurs :
Pages :
219-226

Dès les débuts du Projet AVEC, mis en place par le Collectif pour un Québec sans pauvreté, s'est imposée l'obligation d'en suivre l'évolution. Loin des schèmes traditionnels d'évaluation, des principes furent établis, et constamment revisités, afin d'installer un processus d'évaluation impliquant les personnes en situation de pauvreté, rigoureux, et à l'image du projet. Puis, suivant ces principes, des outils de mesure furent développés. Parmi ceux-ci l'outil « des fruits » fut conçu en vue de faire un bilan des activités réalisées alors que l'outil « des chemins » fut conçu pour faciliter l'évaluation du projet en lien avec ses objectifs.

Du carré à la spirale: réflexions sur quelques années de participation du comité avec du Collectif pour un Québec sans pauvreté

Auteurs :
Pages :
227-234

Cet article présente la réfl exion de deux universitaires sur leur expérience de participation à un comité du Collectif pour un Québec sans pauvreté, qui réunit des personnes de différents horizons dont des personnes en situation de pauvreté. Après avoir expliqué comment ils en sont venus à participer à ce comité, les auteurEs discutent des s rencontrés ainsi que des apprentissages réalisés tant sur les plans personnel que professionnel. Par ce bref témoignage, il est espéré que sera suscitée une reconnaissance accrue de l'importance d'adopter une posture réfl exive en tant que chercheur ou évaluateur et de l'intérêt des milieux communautaires pour y parvenir.