Volume 20, 2005 - Printemps

The changing role of the evaluator in the process of organizational learning

Auteurs :
Pages :
81-104

Dans cet article, on examine le rôle de l'évaluateur dans le processus d'apprentissage organisationnel, et on discute les conditions nécessaires pour faciliter un rendement efficace dans ce rôle ainsi que les conséquences pour l'évaluation. Tout d'abord, suite à une revue de la littérature, on décrit le processus d'apprentissage organisationnel, et on examine les exigences du processus pour les évaluateurs. L'apprentissage organisationnel est vu dans le contexte de l'évaluation participative, examinant le rôle de l'agent d'apprentissage externe. On présente des changements majeurs dans le rôle de l'évaluateur dus à la nature même du processus d'apprentissage organisationnel. En se focalisant sur l'apprentissage organisationnel, le rôle de l'évaluateur se transforme à un rôle de faciliteur averti qui réintègre la responsabilité pour le fonctionnement, le développement, et l'évaluation dans le projet/programme ou l'organisation. On conclut en reconnaissant les difficultés inhérents à un changement du rôle traditionnel de l'évaluateur, en particulier de laisser le contrôle de l'évaluation aux intervenants, ce qui permet à l'organisation de prendre en charge le processus d'évaluation. L'évaluateur adopte le rôle important de faciliteur responsable du processus d'apprentissage qui fournit les outils et suit l'apprentissage dont le contenu reste la responsabilité de l'organisation. Toutefois, en n'excluant pas le rôle traditionnel de l'évaluateur, on recommande un changement significatif aux procédures et compétences d'évaluation ainsi qu'à l'appropriation des connaissances qui découlent de l'évaluation.

The Delphi technique as a method for increasing inclusion in the evaluation process

Auteurs :
Pages :
105-122

La meilleure façon d'intégrer les points de vue des groupes sousreprésentés et marginalisés au processus d'évaluation est une question d'une grande importance pour dereux théoriciens et praticiens de l'évaluation. Cet article présente la méthode Delphi — une méthode utilisée pour atteindre un consensus sur un certainre de questions avec la participation de toutes les parties intéressées et sans qu'il y ait d'incident ou de confrontation risquant de compromettre la validité des données recueillies — comme procédure pour rehausser la participation des groupes marginalisés au processus d'évaluation. Illustrée à l'aide d'une étude de cas, la méthode Delphi contribue à permettre l'expression de l'opinion de tous les intéressés et à s'assurer que les voix parfois silencieuses aient une influence égale. Les auteurs préconisent cette technique particulièrement pour les modèles d'évaluation de la justice sociale. On discute également des avantages et des leçons apprises concernant la méthode Delphi pour promouvoir la participation et la représentation des groupes marginalisés dans les évaluations.

Participatory evaluation in the context of CBPD: theory and practice in international development

Auteurs :
Pages :
123-148

Cet article constitue une revue des tendances de l’évaluation participative axée sur la communauté [community-based participatory evaluation] (CBPE) et présente un survol des outils d’évaluation utilisés par ces approches, qui ont été mises en oeuvre au niveau international incluant au Canada, aux États-Unis, et dans des pays en voie de développement. L’approche théoretique encadrant ce travail découle des tendances contemporaines dans le domaine du développement international. L’auteur soutient que l’évaluation participative représente le moyen le plus efficace de mesurer les initiatives de développement communautaire. Cependant, un examen comparatif de trois méthodologies d’évaluation révèle que ce ne sont pas tous ceux qui prétendent soutenir les objectifs principaux du CBPE qui prônent la participation démocratique de la population locale. Ce travail réflète un interêt international grandissant dans le domaine du CBPE ainsi que la participation du Canada dans des démarches de développement de ce genre, à la fois localement et dans les pays du Sud.

The sustainable ecc product: a way to measure and compare national sustainable development

Auteurs :
Pages :
149-157

Les évaluateurs et les décideurs ont récemment commencé à porter attention aux indicateurs sociaux. Au Canada, le rapport annuel du gouvernement fédéral, Le rendement du Canada, mesure les résultats sociaux dans les domaines, entre autres, de l'environnement et de l'éce. D'autres instances gouvernementales produisent des rapports semblables, et bien des organismes internationaux recueillent des données à cet effet. Un domaine qui attire constamment l'attention est celui de la mesure du développement durable, soit l'intégration des facteurs socio-écques et environnementaux. Même si des efforts significatifs ont été déployés au niveau international à cette fin, il ne se dégage pratiquement pas de consensus. Le présent article a trait à une nouvelle approche pour mesurer le développement durable et fait appel à un débat éclairé.

Un état des lieux théoriques de l'évaluation: une discipline à la remorque d'une révolution scientifique qui n'en finit pas

Auteurs :
Pages :
1-36

Cet article effectue l'état des lieux théoriques de l'évaluation de programme en appliquant les principaux critères d'analyse proposés par Kuhn et par Lakatos pour l'étude des disciplines scientifiques. L'étude permet d'identifier les principales composantes théoriques et empiriques de la discipline, de comprendre leurs interactions, et de réfléchir à l'influence qu'elles ont sur le développement de la discipline. L'application du modèle d'analyse conduit au constat que l'évaluation se situe actuellement au troisième stade du développement des disciplines, celui de la révolution scientifique, qui suppose un changement prochain des fondements dominants de la discipline. Cependant, la structuration des connaissances, la relation entre la théorie et la recherche empirique et le schisme épistémologique dominant en sciences sociales concourent à maintenir l'évaluation dans un état de révolution scientifique qui n'en finit pas.

Ensuring quality for evaluation: lessons from auditors

Auteurs :
Pages :
37-64

Cet article traite des façons de rehausser la qualité des évaluations mal conçues à l'aide des pratiques d'assurance qualité. Plusieurs types d'évaluations sont limitées quant aux types de conceptions qu'elles peuvent utiliser. Les évaluations de programmes de développement portant sur des projets dispersés dans plusieurs pays sont souvent des exemples de conceptions basées sur des visites à un certainre de sites, des entrevues avec le personnel et les intéressés, et des examens de la documentation pour tirer des conclusions. Ces évaluations basées sur des entrevues sont assez semblables aux pratiques de vérification du rendement. Les bureaux de vérification nationaux consacrent énormément de ressources à l'assurance de la qualité et, la plupart du temps, la qualité de leurs vérifications du rendement n'est pas remise en question. L'auteur de l'article soutient que les évaluations — pas seulement celles basées sur des entrevues — pourraient peut-être tirer profit de l'adoption de plusieurs des pratiques d'assurance de la qualité utilisées par les bureaux de vérification nationaux pour assurer la qualité de leurs produits.

Exploration of the validity and usefulness of an integrated performance indicator for postgraduate scholarship programs

Auteurs :
Pages :
65-79

Les mesures de rendement utilisés lors de l'évaluation de programmes de bourses aux études supérieures en sciences naturelles et en génie portent habituellement sur les effets à long terme de tels programmes, mesurant le délai d'exécution, les emplois obtenus, le secteur d'emploi, et le salaire des récipiendaires. Ces mesures impliquent des coûts importants en terme de temps, de collecte de données, et d'analyse. L'information produite par de telles mesures se doit donc d'être utile tant aux agents de programmes qu'à la haute gestion responsable de l'administration de ces programmes. Cet article, basé sur une étude antérieure réalisée par deux chercheurs canadiens, présente les résultats d'une étude portant sur la validation d'un indicateur intégré pour des programmes de bourses aux études supérieures. Les constatations de l'étude démontrent que l'indicateur intégré n'a pas fait preuve de valeur ajoutée comparativement à une analyse traditionelle des résultats d'un sondage. Quelques pistes de recherche au sujet de la mesure du rendement sont suggérées en guise de conclusion.