Jim Cullen

Spring

The lay of the land: evaluation practice in Canada today

Auteurs:
Pages:
143-178

Un groupe de 12 praticiens et observateurs de l'évaluation prend le pouls de l'évaluation de programme au Canada. Chaque auteur présente un point de vue personnel basé sur sa propre expérience dans le domaine. Les auteurs ont été sélectionnés pour fournir profondeur de vue et variété de perspectives. Chaque présentation met en évidence une force de l'évaluation de programme telle que pratiquée aujourd'hui au Canada, une faiblesse, une menace et une opportunité. On conclut que les évaluateurs possèdent des habiletés qu'aucune autre profession n'offre; ce sont des chercheurs du social et de l'écque versés en cueillette de données empiriques et en méthodes d'analyse permettant de fournir une base factuelle solide pour l'examen de programmes et de politiques. Toutefois, l'évaluation de programme n'a pas acquis d'identité propre et, en fait, a eu tendance à négliger des enjeux d'évaluation clés et à donner moins d'importance à la rigueur. L'environnement actuel de l'évaluation de programme est dominé par le suivi de programmes, la faiblesse de l'identité propre de l'évaluation et le contact insuffisant avec les besoins de gestion. Mais l'évaluation ne manque pas d'opportunités; on y retrouve la gestion basée sur les résultats, les efforts en partenariat et en défense des intérêts, la formation professionnelle individuelle et le rapprochement de la gestion des programmes et du développement des politiques. Mais d'abord, les évaluateurs doivent s'auto-définir pour mieux communiquer ce que pourrait être leur contribution particulière. L'article énonce quelques implications pour la pratique de l'évaluation au Canada et présente l'ébauche d'un plan de travail pour les évaluateurs individuellement et collectivement, dans leurs organisations et dans le cadre de leur association professionnelle. Un résumé en français ainsi que la version française des conclusions et implications sont présentés en annexe.