Ayesha S. Boyce

Spring

Community, Theory, and Guidance: Benefits and Lessons Learned in Evaluation Peer Mentoring

Auteurs:
Pages:
9

La majorité des évaluateurs débutent leur carrière dans des domaines connexes et finissent par travailler en évaluation. Les formations universitaires et les séances de perfectionnement en évaluation deviennent alors de plus en plus populaires. À mesure que le domaine se professionnalise et que de nouveaux programmes de mentorat appariassent, les travaux empiriques sur l’enseignement et la formation en évaluation deviennent plus courants. Cependant, on en sait encore peu sur le rôle que jouent les opportunités de perfectionnement, comme le mentorat, dans la formation en évaluation. L’objectif de l’article est d’explorer les avantages attendus et inattendus de nos expériences comme participants dans des programmes de mentorat en évaluation, de parler des leçons apprises et de décrire les éléments logistiques et structurels contribuant à la réussite du mentorat par les pairs.

Fall

The Impact of Practice on Pedagogy: Reflections of Novice Evaluation Teachers

Auteurs:
Pages:
280-287

Dans cette note de pratique, deux nouveaux professeurs d'évaluation font part des résultats d'une étude effectuée auprès d'étudiants inscrits à un cours de théorie et à un stage en évaluation. L'étude visait à comprendre comment et de quelle façon les étudiants font la transition entre la théorie et la pratique. Les résultats de l'étude ont par la suite mené à une refonte de cours pour faciliter la transition entre des conceptualisations dichotomisées de l'évaluation (théorie et pratique), une révision du curriculum et l'ajout d'un troisième cours. L'incidence de la recherche (et de révisions pédagogiques subséquentes) soulève des questions importantes pour les professeurs et les praticiens de l'évaluation, alors que se poursuit le débat sur le lien entre la théorie et la pratique en évaluation.

Moving Beyond the Buzzword: A Framework for Teaching Culturally Responsive Approaches to Evaluation

Auteurs:
Pages:
266-279

Les termes réceptivité culturelle et compétence culturelle sont maintenant omniprésents dans de nombreux domaines d’enquête sociale, notamment en évaluation. Le discours entourant ces questions en évaluation s’est aussi intensifié de façon marquée au cours des dernières années et ces termes sont maintenant présents dans de nombreuses demandes de proposition et descriptions d’évaluation émanant d’organismes gouvernementaux. Nous avons trouvé que les évaluateurs débutants sont en mesure de concevoir des approches d’évaluation culturellement réceptives, mais sont incapables de transférer ces notions théoriques à la pratique. Dans le présent article, nous décrivons un cadre pour l’enseignement d’approches à l’évaluation qui soient culturellement réceptives. Le cadre inclut deux sphères – conceptuelle et méthodologique –, chacune ayant deux dimensions interconnectées. Les dimensions de la sphère conceptuelle comprennent la reconnaissance du soi et de l’enquête sociale à titre de produit culturel. Les dimensions de la sphère méthodologique comprennent des applications formelles et informelles de la pratique de l’évaluation. Chacune des dimensions est liée à de multiples domaines de compétence pour la pratique canadienne de l’évaluation. Nous discutons de chaque domaine et offrons des suggestions correspondant à chaque dimension.