Pour les employeurs et les acheteurs

Le titre d'ÉA montre que le titulaire possède le niveau de scolarité et l'expérience nécessaires à l'exercice de sa compétence. Au cours de l'élaboration du Programme des titres professionnels, la SCÉ a adopté une liste de 49 compétences essentielles qui reflètent les normes que doivent atteindre les évaluateurs de programme en ce qui concerne leurs antécédents, connaissances, aptitudes et dispositions, de manière à réaliser de solides évaluations. Ces compétences se répartissent en cinq volets : volet professionnel, volet opérationnel, volet contextuel, volet de la gestion de la démarche et volet des relations interpersonnelles. La SCÉ a mis au point un référentiel détaillé de chaque compétence professionnelle requise pour l'exercice de l'évaluation. Un ÉA a montré, d'après son expérience professionnelle et son niveau de scolarité, qu'il maîtrise au moins 70 % des compétences dans chacun des cinq volets. L'accréditation d'un évaluateur par la SCÉ repose sur le principe selon lequel scolarité et expérience sont toutes deux nécessaires pour qu'un évaluateur atteigne un niveau minimum de compétence.

Le titre d'ÉA constitue un avantage concurrentiel. Du fait que l'obtention du titre d'ÉA est assujettie à un processus rigoureux et, fait tout aussi important, que les titulaires du titre sont tenus de poursuivre des activités régulières de perfectionnement professionnel, les ÉA représentent un avantage concurrentiel considérable autant pour les fournisseurs de services d'évaluation que pour leurs utilisateurs. Seuls les ÉA peuvent faire valoir l'avis officiel d'un tiers [UPDATE LINK]quant à la pertinence de leur niveau de scolarité et de leur expérience en matière d'évaluation, ainsi que de leur engagement régulier dans des activités significatives de perfectionnement professionnel. Bien que d'autres puissent présenter de semblables qualités, seuls les ÉA peuvent fournir la garantie que leur profil a été examiné par un panel composé d'évaluateurs parmi les plus expérimentés au Canada.

Le titre d'ÉA est le seul titre professionnel qui identifie les évaluateurs professionnels. L'accréditation met fin à un problème de longue date dû au champ libre laissé au domaine de l'évaluation. Puisque rien n'empêche qui que ce soit de se déclarer évaluateur, il était devenu difficile pour les évaluateurs voués au respect de normes éthiques et professionnelles de se distinguer et, pour les utilisateurs des services d'évaluation, d'avoir recours à un référentiel leur permettant de se faire une idée juste des évaluateurs qu'ils souhaitaient embaucher ou dont ils voulaient retenir les services. Le programme d'accréditation comble cette lacune et fait en sorte que le titre d'ÉA est le seul qui identifie les évaluateurs professionnels.

Le processus de reconnaissance des compétences et d'accréditation de la SCÉ constitue un cadre de perfectionnement professionnel. En fournissant un cadre de travail qui soutient fermement la pratique de l'évaluation au Canada (dont un code de déontologiedes normes et un ensemble de compétences), le titre d'ÉA sert d'orientation permanente aux évaluateurs à mesure que s'affirment leur expérience et leur spécialisation. L'obtention du titre d'ÉA et l'obligation qui en découle de poursuivre son perfectionnement professionnel permettent à chaque ÉA de mieux apprécier ses points forts et de savoir quels aspects il y a lieu de parfaire en priorité. Davantage qu'un examen du profil d'un évaluateur effectué une fois pour toutes, l'accréditation constitue un processus évolutif qui oriente collectivement la pratique de l'évaluation au Canada, tout en permettant l'éclosion de divers modèles d'évaluation qui correspondent à des besoins précis et à la réalité des parties prenantes du programme.