C'est le temps de voter pour votre candidate préférée à la vice-présidence 2017-2019.

Pour les candidats

Pourquoi devriez-vous le faire?

Le titre d'ÉA montre que le titulaire possède le niveau de scolarité et l'expérience nécessaires à l'exercice de sa compétence. Au cours de l'élaboration du Programme des titres professionnels, la SCÉ a adopté une liste de 49 compétences essentielles qui reflètent les normes que doivent atteindre les évaluateurs de programme en ce qui concerne leurs antécédents, connaissances, aptitudes et dispositions, de manière à réaliser de solides évaluations. Ces compétences se répartissent en cinq volets : volet professionnel, volet opérationnel, volet contextuel, volet de la gestion de la démarche et volet des relations interpersonnelles. La SCÉ a mis au point un référentiel détaillé de chaque compétence professionnelle requise pour l'exercice de l'évaluation. Un ÉA a montré, d'après son expérience professionnelle et son niveau de scolarité, qu'il maîtrise au moins 70 % des compétences dans chacun des cinq volets. L'accréditation d'un évaluateur par la SCÉ repose sur le principe selon lequel scolarité et expérience sont toutes deux nécessaires pour qu'un évaluateur atteigne un niveau minimum de compétence.

Le titre d'ÉA témoigne d'un engagement envers la profession. Le processus en vue d'obtenir le titre d'Évaluateur accrédité est rigoureux, exigeant et introspectif. Les évaluateurs accrédités ont accepté de relever ce défi parce qu'ils tiennent à faire la preuve de leur professionnalisme en tant qu'évaluateurs et s'attendent à un pareil engagement de la part de leurs collègues. En arborant leur titre d'ÉA, ils montrent qu'ils se définissent eux-mêmes comme des professionnels engagés dans une pratique éthique, disciplinée, équilibrée et transparente de l'évaluation.

Le titre d'ÉA est un symbole de réussite. De nature facultative, le programme d'acquisition du titre d'ÉA doit son succès à sa crédibilité et à son adoption par l'ensemble de la collectivité (aussi bien les fournisseurs que les utilisateurs de services d'évaluation). Depuis que la SCÉ a lancé le programme, un nombre croissant d'organisations qui veulent recourir aux services d'évaluateurs se servent du titre d'ÉA comme d'un outil valide pour orienter et influencer leur choix. D'autre part, les évaluateurs se réclament de leur titre d'ÉA pour attester leur engagement envers les principes d'une saine méthode d'évaluation. Par leur adhésion au programme d'accréditation, tant les évaluateurs que les utilisateurs de l'évaluation créent l'environnement devant permettre au programme de s'épanouir et d'atteindre son objectif fondamental qui consiste à renforcer la fonction de l'évaluation au Canada.

Le titre d'ÉA constitue un avantage concurrentiel. Du fait que l'obtention du titre d'ÉA est assujettie à un processus rigoureux et, fait tout aussi important, que les titulaires du titre sont tenus de poursuivre des activités régulières de perfectionnement professionnel, les ÉA représentent un avantage concurrentiel considérable autant pour les fournisseurs de services d'évaluation que pour leurs utilisateurs. Seuls les ÉA peuvent faire valoir l'avis officiel d'un tiers quant à la pertinence de leur niveau de scolarité et de leur expérience en matière d'évaluation, ainsi que de leur engagement régulier dans des activités significatives de perfectionnement professionnel. Bien que d'autres puissent présenter de semblables qualités, seuls les ÉA peuvent fournir la garantie que leur profil a été examiné par un panel composé d'évaluateurs parmi les plus expérimentés au Canada.

Processus de demande ÉA - cliquer pour les détailsLe processus de reconnaissance des compétences et d'accréditation de la SCÉ constitue un cadre de perfectionnement professionnel. En fournissant un cadre de travail qui soutient fermement la pratique de l'évaluation au Canada (dont un code de déontologiedes normes et un ensemble de compétences), le titre d'ÉA sert d'orientation permanente aux évaluateurs à mesure que s'affirment leur expérience et leur spécialisation. L'obtention du titre d'ÉA et l'obligation qui en découle de poursuivre son perfectionnement professionnel permettent à chaque ÉA de mieux apprécier ses points forts et de savoir quels aspects il y a lieu de parfaire en priorité. Davantage qu'un examen du profil d'un évaluateur effectué une fois pour toutes, l'accréditation constitue un processus évolutif qui oriente collectivement la pratique de l'évaluation au Canada, tout en permettant l'éclosion de divers modèles d'évaluation qui correspondent à des besoins précis et à la réalité des parties prenantes du programme.

Quelles sont les qualités exigées?

Les candidats devront démontrer les qualités suivantes:

1er critère : détenir un diplôme ou un certificat d’études universitaires de deuxième cycle. Si vous avez obtenu votre diplôme à l'extérieur du Canada, on pourra vous demander de faire évaluer votre diplôme par un des Services d'évaluation de diplômes et de reconnaissance des qualifications figurant dans la liste du Centre d'information canadien sur les diplômes internationaux. Si le candidat ne possède pas de diplôme d'études avancées, une évaluation des acquis et de reconnaissance des acquis (EARA) pourra être entreprise. Un candidat qui ne possède pas de diplôme ou de certificat d'études supérieures peut être en mesure de démontrer l'équivalent de cette scolarité par une vaste expérience de travail et le perfectionnement professionnel. Des exigences supplémentaires sont requises pour appuyer une demande en vertu de l'EARA, y compris : un curriculum vitae à jour; deux exemples de produits de travail; un essai décrivant l'expérience professionnelle et de la scolarité; veuillez consulter le Guide du demandeur pour de plus amples renseignements, y compris les frais.

2e critère : deux (2) ans d'expérience professionnelle dans le domaine de l’évaluation, ou l’équivalent temps complet, au cours des dix (10) dernières années. Les déclarations d'expérience professionnelle doivent s’accompagner de lettres de déclaration.

3e critère : une scolarité et/ou une expérience professionnelle qui assurent au postulant la maîtrise d'au moins 70 % des compétences énoncées pour CHACUN des cinq volets des compétences professionnelles requises à l'exercice de l'évaluation au Canada. Le candidat doit aligner sa scolarité et son expérience professionnelle de sorte à apparier au moins 70 % des compétences identifiées dans chacun des cinq volets. Cet appariement devra être justifié au moyen d'un court texte d'un maximum de 150 mots ou 1 000 caractères pour chacune des compétences. Il n'est pas nécessaire d'avoir fait des études dans le domaine ET d'avoir de l'expérience professionnelle pour justifier une compétence. En effet, le candidat peut présenter sa preuve en invoquant l'un ou l'autre ou la combinaison qui s'avère pertinente. Le terme « études » inclut aussi les activités de perfectionnement professionnel.

Comment ça fonctionne?

Les demandes d'accréditation sont soumises en ligne. Elles peuvent être soumises en anglais ou en français. Une fois les frais acquittés, l’administrateur des demandes communiquera avec vous afin de vous fournir un code d’accès et un mot de passe temporaire. Ils vous sont nécessaires pour accéder au site Web du programme de titre professionnel.

Une fois la demande initiée, les postulants bénéficient d'un délai pouvant aller jusqu'à 36 mois pour compléter leur demande. Nous les encourageons cependant à la compléter le plus rapidement possible.

Une fois que la demande a été envoyée, le dossier est transmis au jury d'accréditation de la SCÉ pour examen et décision. Les décisions sont prises sur la base des critères annoncés. Dans l'éventualité où le formulaire est incomplet ou la scolarité et l'expériences professionnelles s'avèrent insuffisantes, le postulants sera avisé du report de sa demande . Il recevra aussi des conseils sur la façon de se conformer aux critères.

Le Guide du candidat ÉA fournit davantage d'information. Pour toute question ou information, veuillez contacter l'administrateur des candidatures ÉA.

Combien en coûte-t-il? Les frais accompagnant une demande sont de 485 $, non remboursables. Ils couvrent le traitement de la demande sur une période de trois ans (renouvelable si le droit est payé à nouveau) et la décision du jury. Les postulants qui demandent une reconnaissance des acquis (EARA) se voient imposer un droit supplémentaire de 550 $. Les frais sont payables au moyen du formulaire de demande de membership. Une fois le titre octroyé, des frais annuels de maintien de 50 $ en sus de la cotisation à la SCÉ sont imposés pour son administration.